27 octobre 2020

X-24F8, partenaire particulier

Voici le fruit d’une autre consigne : celle des mots imposés. Moi qui ne suis pas du tout SF, j’ai été surprise par l’orientation de mon texte.

Malgré un froid hivernal, la rue, désertée par les passants, baignait dans un soleil généreux. Quelques nuages lointains menaçaient déjà d’éclipser ses beaux rayons, présageant une météo capricieuse. Je me fichais bien de croiser quelqu’un aujourd’hui. Cette ambiance solitaire me convenait parfaitement. Avec le temps, je ne m’étonnais plus de voir mon quartier se transformer en désert. Chaque semaine, j’observais les voitures passer, chargées de bagages, avec à bord, des passagers heureux de s’échapper vers un monde meilleur. Je nourrissais l’espoir qu’un jour, je pourrais m’enfuir à mon tour et peut-être avoir la chance d’observer un clair de terre.

Au bout de la rue, j’aperçus la camionnette jaune du facteur dont la carrosserie cabossée témoignait de la violence des intempéries. Après son passage, il y avait toujours des départs vers un ailleurs que je n’osais même plus désirer. À ma grande surprise, il se gara devant mon préfabriqué, le moteur toussant une fumée noire et épaisse en guise d’avertissement sur sa fin de vie à venir. Il tira de sa sacoche une grande enveloppe dont le logo ne laissait aucun doute sur l’expéditeur.

-Voici pour vous Mam’zelle ! lui lança-t-il joyeusement. Bonne chance !

Il repartit aussitôt en marmonnant un vague au revoir, signe qu’il était pressé d’en finir avec sa tournée. Sur l’enveloppe, le nom de la société apparaissait en toutes lettres, sonnant comme le présage d’une vie meilleure : “Capteur de vie, pour une autre vision de l’avenir”.

Cher Mademoiselle,

Comme vous le savez, notre société lance un nouveau programme de procréation destiné aux individus dont le patrimoine génétique présente un pourcentage absolu dans les domaines suivants : intelligence, beauté et résistance aux maladies.

Nous avons l’honneur de vous annoncer que votre génome a retenu toute notre attention. 

Selon les résultats du laboratoire, il semblerait que vous soyez compatible à 100% avec l’individu X-24F8.

Vous êtes donc priée de vous présenter dans nos locaux le jeudi ter-8 anno 158 millième à 9h00 afin de procéder à la mise en œuvre du protocole de gestation, muni du dossier ci-joint, dûment rempli.

Bien cordialement,

La société “Capteur de vie”

Je rangeai soigneusement le courrier dans un sac, soulagée par cette opportunité qui s’offrait à moi. Je n’avais rencontré que des galères jusqu’à présent, enchaînant des jobs aussi minables qu’insignifiants. Contribuer à sauvegarder l’humanité de façon pérenne me remplissait de fierté.

Lorsque le jour J arriva, je me présentais à l’accueil. Derrière un bureau, une dame d’un âge incertain était concentrée sur la saisie d’un dossier. Je n’entendais que le clic incessant de la souris qui s’activait à cocher probablement des cases. Je m’approchais, un peu intimidée. L’hôtesse d’accueil leva la tête.

-Vous devez être Esther Brandley ? Suivez-moi ! Je vais vous installer dans votre chambre !

Elle m’emmena dans une chambre aux murs d’un blanc immaculé. Sur le lit, une blouse m’attendait. J’enfilais ce vêtement de fortune, laissant entrevoir mes parties intimes.

Le médecin arriva quelques minutes après, suivie de près par une infirmière aux antipodes des fantasmes les plus déroutants. Affublée d’une tunique blanche et bleue, ses gros bras gélatineux ne cessaient de bouger comme des flans sur le point de s’écrouler. Au-dessus de ses lèvres charnues, une petite moustache sombre. Dans son nez, un reliquat assez dégoûtant qu’elle avait sûrement oublié de nettoyer lors de son dernier curage. J’hésitai longuement avant de lui tendre le dossier. Mais celle-ci me l’arracha presque des mains.

-Ouah ! Score absolu ! Et bien ma p’tite Dame, il faut croire que vous êtes la candidate idéale pour habiter sur Mars. Ah… X-24F8… Je vois ! Vous avez gagné le gros lot en plus !

L’infirmière griffonna quelques annotations avant de se retourner vers le médecin qui analysait attentivement mes résultats.

-On la ponctionne la petite Dame ou on tente la cellule de captivité avec X-24F8 ?

-Pas besoin ! La cellule de captivité suffira pour la procréation finale. Il a effectué le voyage pour venir tester la marchandise. Après l’échec de la dernière fois, inutile de le mettre en rogne ! Ça nous a valu un aide-soignant et un brancardier en guise de réparation du préjudice.

A la prononciation du mot “marchandise”, la peur me torpilla l’esprit.

-Excusez-moi mais j’ai bien entendu que vous parliez de moi comme d’une marchandise ou je divague ?

Oh, ne vous inquiétez pas ma p’tite Dame. C’est un terme qu’ils utilisent régulièrement. Un terme martien qui n’a rien à voir avec notre occurrence terrienne.

Pas tout à fait rassurée par ces explications, on m’emmena dans une sorte de pièce vitrée et j’eus l’impression de devenir un rat de laboratoire. Un médecin implanta dans mon utérus une sorte de capteur hormonal censé améliorer les performances de l’individu X-24F8. Même si les résultats affichaient une compatibilité optimale, il m’expliqua que les différences inter espèces pouvaient être un frein au processus d’hybridation.

Dans le noir complet, allongée dans le lit, j’avais relevé ma blouse comme me l’avait conseillé le médecin. Privée de la vue, je n’avais que mes autres sens pour me repérer. C’est ainsi qu’au bout d’un moment, je perçus un souffle régulier et haletant à la fois. Mon corps semblait paralysé, incapable du moindre mouvement. Cet individu évoluait à tâtons sur mon corps. Je sentais ses caresses vertigineuses, des sensations intenses, irréelles. Un orgasme cosmique à l’extase infini mit fin à cette étrange expérience. Mon corps était à lui, mon esprit aussi. Il faut croire que le désir constitue la clé d’un monde meilleur.

2 réflexions sur « X-24F8, partenaire particulier »

  1. Eh bien, intéressante comme tout ta nouvelle ! Pour quelqu’un qui n’aime pas forcément la SF ! J’avoue que ce n’est pas mon genre d’écriture favori, mais quand j’ai dû m’y atteler pour certaines consignes (eheh, tu n’as pas fini avec ce genre), je me suis beaucoup amusée !

    J’ai été transportée par ton histoire, qui s’est terminée de manière assez inattendue, et les mots ont été bien incorporés, j’aime particulièrement le nom de la société Capteurs de vie. Un début aux airs de confinement peut-être ?

    Belle journée à toi,
    Sabrina

    1. Bonjour Sabrina
      Merci pour ton retour. J’avoue que la SF c’est pas mon truc. Je suis plutôt dans les histoires un peu post apo (même si ça rejoint parfois un peu le genre de la SF) mais j’aime beaucoup les scénarii catastrophes type dystopies et autres.

      @bientôt !!!
      Dorothée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *